payday loans

Carte interactive

La communauté de communes Pays Haut Val d'Alzette

France Nature Environnement

mirabel

Sondage

La prise en main par l'Etat du projet Alzette-Belval2015 est-elle une bonne nouvelle?
 
Actualité Empreinte Positive

 


Le projet de liaison routière A30-Belval en question

Lundi, 22 Novembre 2010 00:00

Audun-le-Tiche, dans l’enfer du trafic automobile

L’agglomération d’Audun-le-Tiche souffre de congestion du trafic automobile avec le passage de 20 000 véhicules par jour. L’engorgement routier occasionne pollution atmosphérique, nuisances sonores, insécurité routière dans le centre-ville et gaspillage de temps pendant les trajets pendulaires : le volume du trafic dégrade ainsi la qualité de vie des Audunois et des habitants des villes voisines.

Cette situation empire, et frontaliers et riverains réclament à juste titre, depuis un grand nombre d’années, des solutions efficaces en termes de gestion des déplacements urbains et des transports dans ce bassin de vie enclavé. Au problème épineux de saturation de l’axe principal, les acteurs locaux répondent par le projet de liaison routière A30-Belval qu’ils qualifient de « Contournement d’Audun-le-Tiche ». Ce concept attrayant ne peut qu’être bien accueilli par la population.  

 

Un projet routier pour le développement économique du territoire

Cependant, si effectivement on peut estimer qu'une des solutions à donner à l’asphyxie de l’agglomération est de concevoir une véritable ceinture périphérique, l’association Empreinte Positive ne peut que déplorer l’emploi abusif du terme « contournement » : au vu du tracé de ce projet de route qui ne contourne pas l’agglomération, de sa longueur, des aménagement futurs qu’il suscite, il apparaît clairement que les acteurs locaux tentent de concevoir un nouvel axe urbain, voué au développement d'une nouvelle zone urbaine avec l'espoir de bénéficier d'importantes retombées économiques liées au projet Belval du Luxembourg.

Empreinte Positive ne polémique évidemment pas sur le bien-fondé du développement économique du territoire, mais propose de discuter objectivement des limites que pose ce projet d’ « avenue urbaine », en termes de mobilité, de préservation de la biodiversité et de développement durable.

 

Quelles avancées pour la mobilité ?

  • La partie meurthe-et-mosellane du projet se borne à reprendre une ancienne voie existante et très sinueuse. Outre ses détours invraisemblables, le tronçon ne rejoint pas l'A30. Ainsi, parler de « liaison » routière Belval-A30 est un abus de langage puisque à ce jour aucune liaison vers l'A30 n'est envisagée. Dans ce contexte, il est plus juste de faire référence au projet sous la dénomination de « liaison routière Belval - Micheville - Tiercelet ».
  • De façon générale, étant donné l’ampleur de la circulation au Grand-Duché, cette infrastructure capterait spontanément l’important trafic des axes voisins. En reliant Audun-le-Tiche à un grand carrefour luxembourgeois, tout en évitant la traversée d’Esch-sur-Alzette, cette route amènerait donc du transit supplémentaire dans le tissu urbain et les nombreux rond-points de l’infrastructure ralentiraient le trafic dense.
  • Si on peut se féliciter que, dans un premier temps, Russange et quelques rues d'Audun-le-Tiche bénéficieraient effectivement d'un allègement du trafic routier, il est important de souligner que la circulation resterait dense sur l'axe venant d'Aumetz : le centre-ville d’Audun-le-Tiche ainsi toujours saturé, la route ne répondrait pas à son objectif premier de désengorgement. Dans ce contexte, comment ne pas s’interroger sur la pertinence du tracé : imaginez un bus desservant l’aire de co-voiturage de Crusnes restant coincé dans le trafic à partir d’Aumetz !
  • Le vendredi 5 novembre 2010, les élus de la CCPHVA inauguraient l'Écoparc, une zone d'activité économique qui représente 3 hectares sur le site de Micheville. Cette zone d'activité serait directement reliée à la future route « Belval - Micheville - Tiercelet ». On sait que l’urbanisation va de paire avec l’intensification du trafic. Ainsi, de nombreux projets en étude ou annoncés (hôpital transfrontalier, data center, centrale à béton etc.) vont générer un flux de véhicules supplémentaires et nous avons à craindre une densification du trafic.
  • Avec la liaison routière, d’autres communes comme Tiercelet et Rédange risqueraient de voir apparaître de nouveaux problèmes d'engorgement, d’insécurité routière et de nuisances sonores.
  • Un problème se poserait pour les plus gros poids lourds, qui actuellement n’ont pas la possibilité de passer dans l’agglomération d’Audun-le-Tiche à cause du pont-rail au niveau de la frontière, qui impose une contrainte de hauteur. La nouvelle infrastructure supprimerait cette contrainte, et permettrait aux grands camions en transit venus de Belgique de rejoindre la France via le Luxembourg, tout en évitant Zoufftgen. De quoi séduire nombreux routiers arrivant par la Belgique.

 

La mise en péril d’un corridor écologique

Sur le tracé routier et à proximité, une richesse naturelle exceptionnelle a été inventoriée par les structures naturalistes lorraine et luxembourgeoise : on dénombre quelque 80 espèces sensibles ou rares, protégées pour la plupart au niveau communautaire. La richesse de la biodiversité vient du fait que le tracé routier se trouve au cœur d’un corridor écologique reliant  Micheville et la plaine humide du Beler à deux sites luxembourgeois intégrés au réseau Natura 2000 (Prënzebierg et Ellergronn). Au regard des connaissances naturalistes acquises, nous pouvons considérer que ce corridor biologique frontalier assure la pérennité d’un grand nombre d’espèces rares. Ce réseau écologique comporte divers habitats à intérêt biologique majeur.

Le maintien du réseau écologique se justifie pleinement pour la conservation de la biodiversité de part et d’autre de la frontière. Pourtant, le corridor biologique risque d’être mis en péril par le projet de liaison routière Belval-A30. L’urbanisation et la fragmentation des milieux détruisent les continuités écologiques et entraînent irrémédiablement l'érosion de la biodiversité en diminuant les capacités de dispersion et d’échanges entre espèces animales et végétales.

La présence des espèces et habitats d’intérêt communautaire va nécessiter des demandes de dérogations au titre de la destruction d’espèces protégées et la mise en place de mesures de réduction d’impacts ou de mesures compensatoires. Celles-ci vont avoir des incidences financières sur le projet. En effet, ces coûts annexes n’avaient pas été pris en compte lors de l’élaboration du projet routier puisque en 2005, l’étude d’impact environnemental, reposant sur des données bibliographiques datant de 1992,  ne faisait pas état d’une telle richesse naturelle.


cliquer sur la carte pour l'agrandir


Quelle alternative ?

C'est certainement le pire scénario qui a été retenu si l'on considère son impact sur l'environnement ou sa capacité à résoudre les problèmes de mobilité transfrontralière. Ce tracé a été choisi pour des raisons économiques et l'argument de mobilité est utilisé abusivement pour promouvoir ce projet.

Miser sur la « liaison » routière, avec le tracé tel qu’il est défini actuellement, risque de provoquer un véritable scandale, si, dans quelques années, les habitants des communes de la CCPHVA constatent que la route ne résout pas les problèmes de mobilité transfrontalière, particulièrement à Audun-le-Tiche, Villerupt, Rédange et Thil, et que l'argent public a été dépensé inutilement.

Parce que ces travaux engagent le territoire pour des décennies, Empreinte Positive souhaite que des alternatives au tracé soient réétudiées à la lumière des données environnementales (corridor écologique, richesses naturelles) et selon les prescriptions du développement durable, et prenant en compte l’impact climatique d’une telle infrastructure routière.

Pour désengorger ce véritable nœud urbain, les planificateurs et gestionnaires de la CCPHVA se doivent de structurer, dans une logique de multimodalité, une offre de mobilité où chaque mode de transport trouve un espace à sa mesure, assurant sécurité, maillage des espaces de circulation et de transports multimodaux et respect de la biodiversité.

 

Donnez votre avis

À l’instar d’Empreinte Positive, d’autres voix dénoncent ou ont dénoncé l’incohérence du projet routier vis-à-vis de son impact sur la biodiversité, des problèmes spécifiques locaux de mobilité, des contraintes dues au réchauffement climatique. Ainsi, plusieurs associations (Mirabel LNE, Agirr-FNAUT, LPO Moselle et Flore54) ont co-signé avec Empreinte Positive un dossier de presse qui alerte l'opinion publique sur les risques et lacunes du projet.

Voir également la question posée au Sénat par Monsieur Jean-Louis Masson en 2003 et l’article de 2009 de Maurice Pierron, président des frontaliers français du LCGB.

Les questions soulevées par la « liaison Belval – Micheville – Tiercelet » ne concernent pas seulement les acteurs locaux mais également l'ensemble des riverains de la CCPHVA et les personnes qui seront amenées à utiliser les futures infrastructures. Parce que nous souhaitons le débat public, nous avons créé un espace dédié au projet routier sur notre forum de discussion. Venez nombreux donner votre opinion sur le sujet.

 

Commentaires  

 
+1 #7 Empreinte positive 27-05-2013 08:17
En collaboration avec AGIRR FNAUT, nous avons proposé des solutions alternatives au tracé routier actuel plus pertinentes pour la mobilité transfrontalièr e et qui en plus permettaient de sauvegarder l'ancienne voie ferrée Audun-Fontoy.
Citer
 
 
-1 #6 albert grimee 26-05-2013 14:25
Parce que ces travaux engagent le territoire pour des décennies, Empreinte Positive souhaite que des alternatives au tracé soient réétudiées ....
Bravo! C'est très bien de critiquer un projet en suggérant que d'AUTRES proposent une alternative, mais sans prendre le risque de se mouillier soi-même.
Citer
 
 
+3 #5 Paul 06-04-2011 14:56
Citation en provenance du commentaire précédent de Cyrille :
Pour moi le site de micheville représente le dépotoir du coin ou les gens n'ayant aucun respect balancent tout et n'importe quoi.
Aucun intérêt et aucune envie de se promener la bas...

Tu as raison et ce qu'il faut surtout préciser c'est que élus locaux laissent pourrir la situation car ca dénature le site qui malgré cela est un site extrêment riche au niveau faune/flore.
Est ce délibéré une telle attitude, c'est ce que l'on pourrait penser...
Citation en provenance du commentaire précédent de Cyrille :
Je n'avais jamais vu le tracé tel qu'il doit être, malgré tout, je pense que les temps de trajets seront diminués avec ce contournement (aujourd'hui c'est un vrai enfer, je ne vois pas comment cela pourrait être pire avec cette nouvelle route).
Et puis de toute façon, à Belval, vu le monde qu'ils attendent et vu les infrastructures routières qu'il y a (une route qui arrive et qui part), ca va être une galère pas possible.

Malheureusement , la dernière étude faite par la région et le ministère des transports luxembourgeois montre que même avec cette future route (telle qu'elle est dessinée), le trafic va augmenter dans audun le tiche! (de l'entrepot vers aumetz et inversement)
Ce qui conforte le fait que ce tracé n'est pas le mieux adapté (voire même le pire) pour répondre aux besoins de mobilité actuels et futurs.
Citer
 
 
-2 #4 Cyrille 06-04-2011 08:25
Pour moi le site de micheville représente le dépotoir du coin ou les gens n'ayant aucun respect balancent tout et n'importe quoi.
Aucun intérêt et aucune envie de se promener la bas...
Je n'avais jamais vu le tracé tel qu'il doit être, malgré tout, je pense que les temps de trajets seront diminués avec ce contournement (aujourd'hui c'est un vrai enfer, je ne vois pas comment cela pourrait être pire avec cette nouvelle route).
Et puis de toute façon, à Belval, vu le monde qu'ils attendent et vu les infrastructures routières qu'il y a (une route qui arrive et qui part), ca va être une galère pas possible.
Citer
 
 
+5 #3 sylvain 17-12-2010 17:39
Qu'en est-il du projet de liaison Belval-Oberkorn?
Si ce projet est toujours d'actualité, il permettrait de rejoindre Tiercelet à partir de Belval sans donner accès à la rue de la cote à Rédange.
Et cela permettrait de préserver Micheville ce que tous les amoureux de la nature et les randonneurs en général apprécieront grandement!
Citer
 
 
+12 #2 Paul 22-11-2010 12:53
Je me promène souvent sur ce site privé de Micheville malgré qu'il soit interdit à la circulation. Si je fais cela c'est parce que ce site représente pour moi le passé mais ausi le poumon vert et la zone de loisir situé au coeur de nos communes. Je ne comprend vraiment pas l'attitude de nos élus qui souhaient "bétonner" et urbaniser ce site. Ca me dégoute!
Bravo et merci de défendre notre cadre de vie.
Citer
 
 
+12 #1 fred 22-11-2010 12:28
Bravo aux bureaucrates qui ont pondu un tel projet! c'est pas eux qui seront dans les bouchons!
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir