Carte interactive

La communauté de communes Pays Haut Val d'Alzette

France Nature Environnement

mirabel

Sondage

La prise en main par l'Etat du projet Alzette-Belval2015 est-elle une bonne nouvelle?
 

 


Rédange et Belvaux : une ligne souterraine à haute tension à quelques mètres des habitations

 Vendredi, 11 Juin 2010 19:15

Greenpeace Luxembourg s’oppose depuis quelques mois aux travaux de la société Sotel pour la ligne à haute tension aérosouterraine 2 x 225 000 volts qui va relier le réseau français (Moulaine) au réseau luxembourgeois (Belval). La ligne traverse des zones classées Natura 2000 au Luxembourg et va être enfouie à une proximité immédiate de certaines habitations de Belval (Luxembourg) et Rédange (France).

Depuis l'absorption d'Arcelor par Mittal, le groupe sidérurgique s'est fixé comme priorité stratégique de disposer d'une seconde ligne électrique haute tension à Belval pour faire jouer la concurrence des prix. 

Greenpeace conteste la légalité de l'autorisation ministérielle pour ces travaux pour non respect des dispositions légales nationales et communautaires, essentiellement sur l'absence de consultation publique et l'absence d'évaluation des incidences sur l'environnement, notamment dans les zones classées Natura 2000. Un recours a été déposé par Greenpeace auprès du tribunal administratif en novembre 2008 mais la procédure est toujours en phase d'appel et des travaux de déboisement fortement décriés par Greenpeace (car non conformes aux exigences européennes de respect des espèces et habitats protégés) ont commencé dans les zones Natura 2000.

En France, la ligne a fait l’objet d’une déclaration d’utilité publique pour les communes d'Haucourt-Moulaine, Hussigny-Godbrange et Villers-la-Montagne. Il est important de souligner que la proximité de la ligne n’a pas fait l’objet d'une étude d'impacts environnementaux et d’une enquête publique à Rédange puisque pour ce secteur, la ligne est enterrée en limite de frontière sur le territoire luxembourgeois. 

Greenpeace alerte sur les risques dus aux rayonnements électromagnétiques induits par la ligne et s’inquiète de la proximité immédiate avec certaines habitations à Belvaux (24 habitations situées à une distance entre 5 et 50 mètres de la ligne) et à Rédange (9 habitations situées à une distance entre 12 et 30 mètres de la ligne – Nouvelle Cité et Impasse de la Frontière).

Empreinte Positive va s'associer aux démarches de Greenpeace en étudiant l'aspect réglementaire des travaux impactant la France à proximité de la frontière luxembourgeoise (quelle est la distance minimum des habitations imposée en France pour les lignes souterraines à Haute tension ?). 

D'après nos informations, les ondes électromagnétiques sont sensiblement de même intensité à proximité d’une ligne aérienne et d’une ligne souterraine. De nombreuses études scientifiques ont mis en évidence des effets sanitaires liés à la proximité de lignes à haute tension (irritabilité, perturbation du sommeil, maux de tête, vertiges, état dépressif, nuisances visuelles, augmentation des leucémies et cancers).

S'inquiétant de la proximité immédiate des habitations, la commune de Sanem n'a pas délivré son autorisation pour l'exécution des travaux sur le territoire de la commune. Pourtant, aujourd'hui, vendredi 11 juin, la société Sotel, tenant nullement compte de ce refus, a organisé une rencontre avec la municipalité de Rédange afin de prévoir la coupure de la route au cours de l'été pour l'exécution des travaux. 

A lire : Communiqué de Greenpeace Luxembourg - 11 juin 2010