Carte interactive

La communauté de communes Pays Haut Val d'Alzette

France Nature Environnement

mirabel

Sondage

La prise en main par l'Etat du projet Alzette-Belval2015 est-elle une bonne nouvelle?
 
Videos

Monsieur Habay, président de la SAHLA, Société Audunoise d'Histoire Locale et d'Archéologie nous a aimablement accueillis à l'espace archéologique d'Audun-le-Tiche.

 

 

 

En novembre 2009, Monsieur Robert Habay, Président de la Société Audunoise d'Histoire Locale et d'Archéologie (SAHLA) acceptait l'invitation de l'association Empreinte Positive en répondant à quelques questions sur le patrimoine historique bien gardé à l’Espace archéologique d’Audun-le-Tiche.

Monsieur Habay nous décrit comment l’aventure a commencé : entre 1952 et 1967, de nombreuses personnes se sont présentées sur le site de l'actuelle nécropole mérovingienne située à Audun-le-Tiche pour faire des fouilles illégales. « Tout le monde pensait trouver un trésor ! ». Mais pour Monsieur Habay, « il y avait un trésor archéologique et c'est tout ! ».

À l'initiative de quelques bénévoles intéressés par l'histoire locale, la SAHLA est créée en 1967. Les fouilles débutent officiellement en 1969.

Mais la technique employée pour mettre au jour les vestiges n’est pas adaptée. Monsieur Habay se rappelle : « ils avaient déblayé le terrain comme on creuse une tranchée de baïonnettes ! ». On était bien loin des fouilles académiques de recherche archéologique. Monsieur Habay documenté sur le sujet, savait qu'il fallait faire des quadrillages de 5 mètres sur 5 mètres.

Satisfait par le travail de Monsieur Habay sur le site de l'actuelle nécropole, Monsieur Billoret le nomma ainsi officiellement responsable des fouilles.

Au total, les fouilles ont permis de d’excaver 203 tombes et 350 squelettes. Monsieur Habay, en véritable passionné, est intarissable sur le sujet : « Des sites mérovingiens, en France, on en connaît beaucoup, mais très peu sont encore visibles car les Mérovingiens étaient des nomades. Ici ils sont tombés sur des villas gallo-romaines ». Les Mérovingiens ont réutilisé les pierres taillées pour fabriquer des tombes et ont abandonné les pierres non symétriques entre les tombes. On a ainsi retrouvé des têtes de statues, la Croix Pattée, des pierres avec des motifs fleuris… Monsieur Habay précise : « Parmi les statues gallo-romaines, on a découvert la tête de Janon, la tête de Minerve, le Cavalier à l'Anguipède, Apollon... ». Dans les tombes, les femmes étaient ornées de bijoux « extraordinaires » tandis que dans le tombeau des hommes, se trouvaient des armes telles que des glaives, des épées, des scramasaxes, des pointes de flèches, des fourches de combat... Et, bien évidemment, « tout est visible ici, à l'Espace archéologique d’Audun-le-Tiche ! » commente fièrement Monsieur Habay.

Il faut dire que ces vestiges archéologiques attisaient les convoitises : « On voulait tout nous reprendre. Ils voulaient tout emmener à Thionville et à Metz ! », s'emporte Monsieur Habay. Et de continuer : « Il a fallu se battre pour garder ça ici ! ». Grâce à sa détermination et sa persévérance, ce patrimoine a été conservé à Audun-le-Tiche. Il ajoute qu’il n'exclut pas le prêt de certaines pièces de la collection. Il cite en exemple la Croix Pattée, pièce remarquable : celle-ci a la particularité de réunir le symbole du Christianisme et la rosace païenne . Elle a été exposée pendant deux ans au Palais du Louvre à Paris.

Environ 2 000 personnes ont visité le site archéologique en 2009. « Ce qui est remarquable, s'exclame Monsieur Habay, c'est que c'est presque que des étrangers qui viennent, et pas les Audunois ! ». Les Audunois, venant pour la première fois, s'étonnent d’une telle richesse historique. Parmi les visiteurs, de nombreuses classes de la région et du Luxembourg font le déplacement pour étudier l'histoire de l'Homme à travers cinq salles consacrées à la Préhistoire, la période gallo-romaine, la période mérovingienne, la période médiévale et la période contemporaine.

Monsieur Habay est heureux de nous confier qu'il n'est pas seul dans l'aventure : d'anciens instituteurs, d'anciens policiers, d'anciens mineurs sont là pour l'épauler afin de préserver le patrimoine audunois. Monsieur Habay rappelle ses besoins : l'Espace archéologique est situé dans des locaux préfabriqués et il aimerait trouver un lieu digne d’un tel patrimoine archéologique. La commune d’Audun-le-Tiche a ainsi proposé d'aménager le Temple protestant de la ville qui, s'il n'est pas rénové, risque de tomber en ruine.

En conclusion, Monsieur Habay profite de l'interview pour témoigner son soutien au projet que s’est fixé Empreinte Positive concernant la réhabilitation du site de Micheville par l'aménagement de sentiers de randonnées reliant notamment le Tëtelbierg (Titelberg) situé au Luxembourg au cimetière mérovingien, et le camp de Thil au musée de la Déportation de la place du Brill à Esch-sur-Alzette. Ces projets transfrontaliers permettraient de mieux faire connaître la Vallée de l'Alzette et le patrimoine local. Monsieur Habay espère que ce projet aboutira rapidement.

En attendant, l'association Empreinte Positive vous invite à découvrir ou à redécouvrir l'Espace archéologique d'Audun-le-Tiche et à laisser vos commentaires sur cette page.


Les membres de la SAHLA sont disponibles pour les visites de groupe ou individuelles toute l’année.

Espace Archéologique, rue de l'Alzette, 57390 Audun-le-Tiche

Renseignements au +33 (0)3 82 52 13 03

 

 

 

Revenir à la page VIDEO