Carte interactive

La communauté de communes Pays Haut Val d'Alzette

France Nature Environnement

mirabel

Sondage

La prise en main par l'Etat du projet Alzette-Belval2015 est-elle une bonne nouvelle?
 
Vendredi, 11 Septembre 2009 13:49

Je ne suis pas d’un naturel à rouspéter ou à vilipender sur le bord d’un trottoir à propos des réalisations et manquements réels ou supposés de nos élus. Je suis suffisamment conscient de la difficulté que représente la tâche de gérer une commune pour ne pas me comporter de la sorte. Lorsque j’ai commencé à m’impliquer dans l’association Empreinte Positive, je me disais avoir trouvé un moyen constructif de participer à la vie de notre communauté. Je remercie d’ailleurs la personne qui m'a proposé de participer à cette aventure.

Essayer ! Voilà le maître mot ! Essayer de donner le plus clairement possible un avis sur les problèmes d’environnement.


Sujet large ! Bien que n’ayant pas de formation en droit et qu'il faut bien en passer par là, je me suis pris au jeu et j’ai entrepris de lire le code de l’environnement. Etant d’un naturel optimiste, je ne me suis pas dit que ce pouvait être long et fastidieux. Que nenni ! Que ces textes pourraient être de véritables jeux de pistes faisant naviguer le lecteur dans un tumulte de lois et de règlements. Celui-ci faisant référence à une directive et celui-là s’appuyant sur un décret.

A ce jeu, on s’aperçoit assez vite, si l’on a un minimum de bonne foi, que les petites communes semblent réellement démunies par rapport aux mairies des grandes villes qui peuvent se permettre d’employer à plein temps un personnel spécialisé.

Heureusement, des associations telle que l’Association des Maires de France (AMF) (http://www.maire-info.com/index.asp) suit l’actualité législative et prépare des résumés et des procédures sur bien des sujets utiles aux gestionnaires de nos communes. Il y a encore le site du sénat (http://www.senat.fr/) qui édite également une ‘newsletter’. Et puis le site de l’assemblée nationale (http://www.assemblee-nationale.fr/) qui nous met au courant, si on le souhaite et de manière automatique, des discussions et votes en cours.

Bref, plutôt que d’avoir des difficultés à trouver l’information, on la trouve et pas de manière parcimonieuse ! On arrive même à espérer égoïstement que ce flux puisse s’arrêter de temps en temps ou ne fut-ce que ralentir. La lutte est inégale. D’un côté vous avez plusieurs centaines de professionnels du droit et de la politique qui amendent et réinventent des lois. Et de l’autre, vous avez l’équipe du maire, de ses adjoints et autres conseillers. Ils ne sont qu'une quinzaine. Peut-être la communauté de communes a-t-elle un pion à jouer de ce point de vue ?

Pas très sexy tout ca ! Mais pourquoi ne sommes-nous pas en train de surfer sur des sites de mangas plutôt que de lire tout ces mots ? Pourquoi ne lisons-nous pas plutôt les dernières aventures du Petit Spirou ou encore le dernier roman de Bernard Werber ? Comme on dit, c’est quand même moins ‘prise de tête’…sauf peut-être en ce qui concerne Werber.

Peut-être parce qu’on préfère le plaisir simple de se promener en famille dans un parc ou sur un chemin qui n’est pas jonché d’immondices. Peut-être parce que l’on n’a pas envie que la moindre chute du petit dernier sur un tas de débris ne se termine aux urgences pour prévenir le tétanos.

Et peut-être aussi parce qu’il est stimulant de se creuser la tête pour trouver des idées d’aménagement d'un site vierge de plus de 300 hectares comme celui de Micheville et d'apporter le fruit de nos réflexions aux responsables politiques et aux propriétaires du terrain.

Nous élisons nos maires. Mais lorsque nous leur déléguons la charge de la gestion de nos communes, cela veut-il dire que du même coup ils gagnent le statut de démiurge au sens de Platon et que d’un coup, d’un seul ils accèdent à la sagesse, à l’illumination et à la connaissance ultime qui leur apportent la solution à tous nos maux ?

Car si Bouddha a pu se retirer du monde, en tête à tête avec lui même, pour s’occuper de combattre l’ego qui le rattachait aux choses matérielles. Point de fuite pour le maire. En même temps, il l’a un peu cherché !

Notre association a choisi le chemin de la réflexion, de la discussion et de la proposition constructive. Parce que c’est avant le démarrage d’un projet que l’on peut faire des propositions. Quand il est lancé, c’est souvent déjà trop tard. Parce que s’il y a des problèmes, mieux vaut en discuter.

Si nos idées sont sélectionnées, tant mieux ! Sinon, on réfléchira ensemble à d’autres options. Je vous invite à participer à une de nos prochaines réunions. Votre avis nous intéresse. Et puis, il y a toujours plus dans deux têtes que dans une.

Un dernier mot encore et pour couper court à toute éventuelle rumeur :

L’association Empreinte Positive est née d’une initiative citoyenne pour proposer des solutions à des problèmes environnementaux avérés. Notre objectif n’est pas et ne sera pas de créer une quelconque liste d’opposition dans quelques communes ce soit. Si un jour certains de nos membres avaient cette ambition, ils le feront de leur propre chef et indépendamment d’Empreinte Positive qui reste une association apolitique.

De ma plume je vous salue.

Aquila